Bilan : Janvier

– I thought this was going to be your year.
– I couldn’t even hold it together for one week!

30 Rock 02×01 : « SeinfieldVision »

Janvier est passé. Et (ce qui ne surprendra pas ceux qui me connaissent) je n’ai tenu aucune de mes bonnes résolutions – y compris celle de poster plus souvent sur ce blog ! Histoire de me rattraper (un peu), voici un bilan des choses lues ou vues en janvier.

guernsey

Côté lectures, je n’ai pas été très inspirée. J’ai d’abord entamé The Night Circus (Le Cirque des rêves) d’Erin Morgenstern, puis Les Fiancés de l’hiver de Christelle Dabos, mais j’ai bien vite senti que ni l’un, ni l’autre n’était le roman qu’il me fallait à ce moment-là. Je les ai tous les deux mis de côté pour plus tard.

J’ai alors ouvert The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society (Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates) de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows. Eurêka ! Dès les premières pages (ou plutôt, dès les premières lettres, puisqu’il s’agit d’un roman épistolaire), je suis tombée sous son charme.

Londres, 1946. Juliet Ashton, qui s’est fait un nom grâce à ses chroniques pendant la guerre, cherche le sujet de son prochain livre lorsqu’elle reçoit une lettre en provenance de l’île de Guernesey et apprend qu’il y existe un « cercle littéraire d’amateurs d’épluchures de patates ». Intriguée, elle commence à correspondre avec ce petit groupe au nom invraisemblable. L’amour de la littérature, mais aussi les souvenirs de la guerre, les rapprochent rapidement. Juliet décide alors de se rendre sur l’île de Guernesey pour rencontrer ces correspondants auxquels elle est désormais si attachée, sans s’imaginer à quel point ce voyage va changer sa vie…

The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society est un roman drôle et charmant. J’ai beaucoup souri et même ri en le lisant, tant les personnages qui l’habitent sont hauts en couleur et leurs lettres pleines de vie et d’humour. C’est aussi un livre touchant, bouleversant, lorsqu’il évoque les affres du Blitz à Londres et l’horreur de l’occupation des îles Anglo-Normandes par l’armée allemande. L’île de Guernesey tient d’ailleurs une place essentielle dans l’histoire : elle est décrite avec beaucoup de tendresse et on s’y sent réellement transporté•e au fil des pages. Je rêve maintenant de la visiter en vrai, comme Juliet ! En résumé, une belle expérience de lecture que je recommande chaudement.

Côté cinéma, j’ai fait mieux avec un total de 7 films vus ou revus, même si la qualité n’a pas toujours été au rendez-vous. J’ai déjà longuement expliqué en quoi Nocturnal Animals m’a déçue, je ne vais donc pas revenir dessus ici. J’ai décidé de revoir King Arthur (Le roi Arthur) car je n’en avais gardé qu’un vague souvenir… Pas étonnant ! Peu de choses dans ce film méritent qu’on s’en rappelle. Et puis il est long, mais long ! J’ai regardé la seconde moitié avec un doigt sur le bouton « avance rapide ». The Magnificent Seven (Les Sept mercenaires), du même réalisateur, s’en sort un peu mieux malgré, là encore, un certain nombre de longueurs. Jolie brochette d’acteurs (comme dans King Arthur) même si la concentration en testostérone reste très élevée (comme dans King Arthur)…

Blood & Chocolate (Le Goût du sang) est objectivement un gentil navet qui, malgré de bonnes intentions et quelques idées intéressantes, reste maladroit dans l’ensemble et n’a pas très bien vieilli. (Ah, les effets spéciaux du début des années 2000…) Ceci étant dit, je l’ai regardé uniquement pour la présence au casting de Hugh Dancy et, de ce point de vue, il mérite bien un 10/10 😉 Quant à Confessions of a Shopaholic (Confessions d’une accro du shopping), il fait tout simplement partie de mes feel-good movies, ces films que j’aime revoir pour me détendre ou me remonter le moral. Comme d’habitude, Confessions of a Shopaholic a bien rempli sa mission !  (D’autant que, là encore, Hugh Dancy est à l’affiche… Coïncidence ? Absolument pas !)

Belle, lui, est un film touchant, joliment écrit et réalisé, qui prend le parti de traiter d’une grande problématique (le racisme et la lutte pour l’abolition de l’esclavage dans l’Angleterre du XVIIIème siècle) à travers un récit individuel, celui de Dido Elizabeth Belle. La réalité historique n’est pas fidèlement retranscrite mais le message, lui, reste pertinent, en particulier en ce qui concerne la question de la représentation. Belle a un côté « Jane Austen » (un côté austénien ? l’adjectif existe-t-il en français ?) par son esthétique, bien sûr, et puis par la mise en scène des histoires de coeur (heureuses ou malheureuses) de ses héroïnes, mais aussi par son exploration critique de la société dans laquelle évoluent les personnages.

Enfin, Singin’ in the Rain (Chantons sous la pluie) est mon coup de coeur du mois de janvier. J’en connaissais les scènes cultes, bien entendu, et j’avais une vague idée de son synopsis, mais rien de plus. J’éprouve toujours une certaine réticence à regarder des comédies musicales, car c’est un genre que je connais peu et dont je crains toujours le pire, mais Singin’ in the Rain est un film ravissant. Les numéros s’enchaînent, tous plus beaux et entraînants les uns que les autres, mettant en valeur la virtuosité de chacun des acteurs. Je regrette seulement d’avoir attendu si longtemps pour le regarder !

Côté séries, en plus des séries en cours de diffusion que je suis régulièrement, j’ai regardé la troisième et dernière saison de The Fall. Le rythme reste lent, contemplatif, ce qui permet à la série de poursuivre son approche psychologique des personnages et des drames qui se jouent entre ces derniers. Je l’ai trouvée un peu moins prenante que les deux premières saisons, je l’avoue, mais dans l’ensemble The Fall reste une excellente série policière. Paul Spector, joué par Jamie Dornan, est l’un des tueurs les plus réussis de la télévision : il est absolument glaçant et surtout, à aucun moment, la série ne le glorifie ou ne l’excuse/le justifie pour ses actions. (Vous reconnaîtrez peut-être le nom de Jamie Dornan grâce/à cause de Fifty Shades of Grey, mais c’est dans The Fall qu’il excelle véritablement en tant qu’acteur.) Et puis il y a Stella Gibson, l’enquêtrice interprétée par Gillian Anderson. Sachant que je rêve d’épouser Gillian Anderson depuis des années, il est possible que je ne sois pas tout à fait objective, mais Stella fait partie de mes personnages féminins préférés (tous formats et genres confondus). C’est un personnage fort, complexe, résolument et remarquablement féministe, auquel Gillian Anderson confère son incroyable magnétisme. Bref, The Fall est une réussite et je pense qu’elle plaira aux amateurs•trices de séries policières dans la lignée de The Killing, par exemple.

Pour finir (et dans un genre complètement différent !), j’ai craqué pour One Day at a Time [Au fil des jours] dont la première saison est disponible sur Netflix depuis le début de l’année. C’est une série à la fois très drôle et très touchante qui m’a beaucoup émue, en partie parce qu’elle m’a renvoyée (directement ou indirectement) à un certain nombre de mes propres expériences. One Day at a Time parvient à évoquer des sujets sérieux et variés (l’immigration, la religion, le sexisme, le coming out, le divorce, le suivi ou l’absence de suivi médical et psychologique des vétérans de guerre, etc.) sans jamais oublier qu’il s’agit d’abord d’une série comique. Elle dose ainsi avec justesse ses moments graves et parvient à chaque fois à retrouver, en une réplique bien placée, sa légèreté et son humour. Série coup de coeur, donc ! Vivement la saison 2 ♥

Publicités

Une réflexion sur “Bilan : Janvier

  1. « Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates », lu il y a quelques temps déjà, à la parution de sa traduction en français, ce roman m’est tombé des mains, m’a ennuyé… et pourtant une vraie bonne idée qui aurait du m’intéresser ! Une mauvaise traduction ? Sa forme épistolaire ? Je n’ai toujours pas compris l’engouement qu’a suscité ce livre !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s